dyslexie lecture

Lecture rapide & dyslexie : quelles solutions ?

Le Dr P. Paramadhyalan et le maître de conférences à l’Institut central des langues indienne, le Dr Prem Kumar se sont intéressés à différentes stratégies permettant de développer le vocabulaire et la lecture rapide des personnes dyslexiques.  Ils nous présentent ici plusieurs résultats d’études scientifiques menées par les chercheurs Peer, Kahmi, Catts, Torgesen, deMonfort Supple, Cunningham, Stanovich, Lyon, Beck, McKeown, Kucan, Daneman, Adam, Block, Mangieri et Marzano.

 

Qu’est-ce que la dyslexie ?


La dyslexie est une combinaison de capacités et de difficultés qui affectent le processus d’apprentissage de la lecture, de l’orthographe et de l’écriture. Les faiblesses qui l’accompagnent peuvent être identifiées dans les domaines de la vitesse de traitement, de la mémoire à court terme, du séquençage, de la perception auditive et/ou visuelle, du langage parlé et des aptitudes motrices.

Elle est particulièrement liée à la maîtrise et à l’utilisation du langage écrit, qui peut inclure la notation alphabétique, numérique et musicale (Peer, 2001).

La dyslexie est un problème de lecture, et la lecture est directement liée aux différents aspects du langage tels que le vocabulaire et le sens des mots, la structure des phrases, la compréhension auditive et la clarté de la prononciation.

dyslexie

Crédit Manchester University

Un déficit dans le traitement phonologique affecte le décodage de la lecture, tandis que les déficits dans la syntaxe, la sémantique, le vocabulaire et le décodage de la lecture ont un impact négatif sur la compréhension de la lecture (Kahmi & Catts, 1989 ; Torgesen, 1998 ; deMonfort Supple, 1998, 2000).

Les déficits de lecture sont connus pour retarder profondément le développement du vocabulaire, de la fluidité verbale, de l’orthographe et des connaissances générales (Cunningham & Stanovich, 1998 ; Lyon, 2003).

De bonnes compétences en lecture peuvent améliorer la vitesse de lecture des lecteurs et les aider à saisir les informations nécessaires en peu de temps.

La place du vocabulaire


La connaissance du vocabulaire est vitale pour celui qui vise la réussite dans la vie; un vocabulaire étendu est plus spécifiquement prédictif et reflète des niveaux élevés de réussite en lecture.

Le rapport du National Reading Panel (2001) rapporte que “L’importance de la connaissance du vocabulaire est reconnue depuis longtemps dans le développement des compétences en lecture. Dès 1924, les chercheurs ont noté que la croissance de la puissance de lecture repose sur une croissance continue de la connaissance des mots“.

Le vocabulaire joue un rôle essentiel dans la vie des être humains et dans leurs possibilités futures. Il est clair qu’un vocabulaire vaste et riche est la marque d’un individu éduqué (Beck, McKeown, Kucan. 2002). La connaissance du vocabulaire est l’un des meilleurs prédicteurs de la compréhension de la lecture (Daneman, 1991).

En tant qu’élément de base du langage, le vocabulaire est l’épine dorsale de tout le système linguistique. Il reflète certainement les différences de culture de manière évidente et étendue.

Cependant, il peut y avoir de nombreux mots dans une culture, pour lesquels les équivalents ne peuvent pas être trouvés dans d’autres cultures, ces lacunes étant appelées “vacance de vocabulaire”.

D’autre part, bien que l’on puisse trouver le mot équivalent, l’étendue de la signification d’un mot et la combinaison de culture ne sont pas totalement équivalentes entre les différentes cultures.

Naturellement, le but ultime de la lecture est de lire pour trouver un sens.

lecture rapide vocabulaire

Cependant, pour trouver un sens à sa lecture, un lecteur doit d’abord lire les mots (Adam, 1990). Le vocabulaire jouant un rôle important dans l’apprentissage de la lecture. En tant que débutants en lecture, les enfants utilisent les mots qu’ils ont déjà entendus pour donner un sens aux mots qu’ils voient à l’écrit.

Le vocabulaire est également très important pour la compréhension de la lecture. Les lecteurs ne peuvent pas comprendre ce qu’ils lisent sans connaître le sens de la plupart des mots. À mesure que les enfants apprennent à lire des textes plus avancés, ils doivent apprendre la signification de nouveaux mots qui ne font pas partie de leur vocabulaire oral (Center for the Improvement of Early Reading Achievement, 2001).

Pour devenir des lecteurs compétents, les élèves doivent savoir comment dire les mots correctement et les reconnaître instantanément à l’écrit. Ils doivent également connaître le sens associé à ces mots dans leur contexte et développer la conscience des mots (Block & Mangieri, 2006).

 

Les six étapes de Marzano (2004) pour un enseignement efficace du vocabulaire


  1. L’enseignant fournit une description, une explication ou un exemple du nouveau terme.
  2. Les élèves reprennent l’exemple du nouveau terme dans leurs propres mots.
  3. Ils créent une représentation non linguistique du terme.
  4. Ces derniers font périodiquement des activités qui les aident à enrichir leur connaissance du vocabulaire.
  5. Mise en place de stratégies d’enseignement du vocabulaire introduites périodiquement avec un groupe de six élèves. Ces derniers doivent discuter de la signification du nouveau terme enseigné.
  6. Périodiquement, les étudiants participent à des jeux qui leur permettent de jouer avec le vocabulaire délivré.

[…]

Lecture rapide et dyslexie : les compétences clés


Les compétences en matière de lecture rapide peuvent être améliorées par la pratique systématique d’habitudes de lecture plus efficaces. Pour faciliter l’apprentissage de la lecture rapide, des documents de lecture simples, narratifs et intéressants peuvent être fournis aux personnes enseignées.

La lecture rapide et efficace comprend :

  • La prévisualisation : Il est important de revoir les titres, les titres de section et les légendes des photos pour avoir une idée de la structure et du contenu d’une sélection de lecture.

 

  • Prédire : Utiliser la connaissance du sujet pour faire des prédictions sur le contenu et le vocabulaire. Vérifier la compréhension, utiliser la connaissance du type de texte et de son objectif pour faire des prédictions sur la structure du discours. Utiliser la connaissance de l’auteur pour faire des prédictions sur le style d’écriture, le vocabulaire et le contenu.

 

  • Pré-activation et balayage : Utilisation d’un rapide survol du texte pour en dégager l’idée principale, identifier la structure du texte, confirmer ou remettre en question les prédictions.

 

  • Deviner à partir du contexte : Utiliser les connaissances préalables du sujet et des idées du texte comme indices de la signification de mots inconnus, au lieu de s’arrêter pour les chercher.

 

  • Paraphraser : S’arrêter à la fin d’une section pour vérifier la compréhension en répétant les informations et idées du texte.

Dans la formation Boosteur d’Excellence, je vous propose tout un module dédié à la lecture rapide. En suivant ce module, vous découvrirez les meilleures techniques et stratégies pour apprendre à lire un livre de 200 pages en 1H. Le tout, en conservant un taux de compréhension minimum de 80%.

[…]

Obstacles à la lecture rapide (Ahuja & Ahuja, 1987)


➡️ 1ère partie

1. Faculté de perception visuelle : Certains lecteurs, même si leur vision est parfaite, ont un problème de perception visuelle qui entraîne une reconnaissance défectueuse des mots. Ces problèmes se retrouvent chez les enfants dyslexiques. Pour ces enfants, des exercices de reconnaissance rapide des mots peuvent être d’une grande aide pour éliminer les obstacles.

2. La lecture mot à mot : Une personne qui lit mot à mot est un lecteur lent. Il n’est pas en mesure d’augmenter sa vitesse de lecture ni sa compréhension du sujet lu. Il se contente de lire des mots. Puisqu’il n’est pas habitué à saisir le contenu de textes longs dans leurs ensembles, il ne peut pas aller plus vite.

Entraînez ces enfants en leur donnant des exercices de reconnaissance rapide de phrases et conseillez-leur également de prendre plus de mots en une seule fixation pour élargir leur champ de reconnaissance.

3. La régression : Elle désigne un mouvement en arrière le long d’une ligne d’impression. Il s’agit d’un mouvement inverse de la droite vers la gauche. Pendant la régression, le lecteur relit certains mots ou phrases de la ligne une deuxième fois en suivant le mouvement inverse des yeux.

Si une personne effectue des retours en arrière perpétuels, c’est un signe de mauvaise lecture. Parfois, lorsqu’on rencontre un mot nouveau ou difficile et qu’on veut en confirmer le sens à l’aide du contexte en le relisant une deuxième fois, un mouvement de régression est justifiable, mais l’utilisation habituelle de la régression est un frein à une lecture plus rapide.

La pratique de la lecture rapide à partir de textes simples facilitera ce travail d’arrêt des retours en arrière.

lecture rapide balayage

➡️ 2ème partie

4. Le pointage du doigt : Le pointage du doigt oblige le lecteur à lire un mot à la fois. Par conséquent, il ne peut atteindre qu’une vitesse de lecture très lente. Le doigt ne peut pas bouger aussi vite que ce que l’oeil est en capacité de voir.

Le pointage du doigt n’interfère pas en soi avec la vitesse de lecture ou la compréhension, mais il est souvent le résultat d’une analyse excessive des mots, ce qui entraîne une perte de vitesse. Une carte ou un papier épais tenu sous la ligne d’impression comme marqueur est un bon moyen d’éliminer le pointage du doigt.

5. Le balancement de la tête : Le balancement de la tête pour passer d’une fixation à une autre ou d’une ligne à une autre empêche la lecture rapide. De nombreux adultes bougent la tête de gauche à droite et de nouveau de droite à gauche chaque fois qu’ils lisent une ligne.

Cette activité est très fatigante et n’aide en rien le mouvement rapide des yeux. De nombreux lecteurs pensent que le mouvement de la tête aide à une lecture rapide. C’est absolument faux, car les muscles de l’oeil sont tout à fait capables de déplacer les yeux d’un mot à l’autre ou d’une fixation à l’autre. La sollicitation des muscles du cou est donc inutile.

Prendre conscience et s’entraîner à lire sans faire de mouvements de tête sera d’une grande aide pour le lecteur.

6. Le manque de motivation :
Un lecteur intéressé est un lecteur motivé. Pour un lecteur motivé, la lecture est aussi naturelle que la respiration. Le manque d’intérêt pour la lecture a un impact sur la vitesse de lecture…

 

Lecture rapide et dyslexie : Conclusion


La période de la petite enfance est cruciale pour tous les enfants. Mais pour les enfants ayant des besoins spécifiques en termes de caractéristiques mentales, comportementales, de développement ou d’apprentissage (comme dans le cas de la dyslexie), il est suggéré d’utiliser des matériels appropriés. Ainsi, les besoins des enfants dyslexiques trouveront une réponse et ils seront dans une posture positive pour développer leurs compétences en lecture.

 

Pour voir l’intégralité de l’étude c’est ici :

https://www.academia.edu/15245235/STRATEGIES_FOR_DEVELOPING_VOCABULARY_AND_SPEED_READING_SKILLS_AMONG_DYSLEXICS

 

Notes de bas de page :

Peer : auteur de “Dyslexia and its manifestation in the secondary school”

Kahmi & Catts : auteur de “Reading disabilities: A developmental language perspective”

Torgesen : auteur de “Catch them before they fall: identification and assessment to prevent failure in young children”

deMonfort Supple : auteur de “The relationship between oral and written language”

Cunningham & Stanovich : auteur de “What reading does for the mind.”

Lyon : auteur de “Reading disabilities: Why do some children have difficulties learning to read? What can be done about it ?”

Beck, McKeown et Kucan : auteur de “Bringing words to life: Robust vocabulary instruction.”

Daneman : auteur de “Individual differences in reading skills”

Adam : auteur de “Beginning to read: Thinking and learning about print.”

Block & Mangieri : auteur de “The vocabulary-enriched classroom”

Marzano : auteur de « Building background knowledge for academic achievement: Research on what works in schools »

APPRENEZ À UTILISER VOTRE CERVEAU À SON PLEIN POTENTIEL AFIN D'AUGMENTER VOS CAPACITÉS INTELLECTUELLES

Testez gratuitement le programme Boosteur d’Excellence pendant 7 jours

Vos données personnelles sont protégées.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Steve expert et coach en lecture rapide

Steve, auteur de l'article

Steve est l’auteur du best-seller « Karma-Sutra ».
En tant qu’entraîneur de l’équipe nationale française de lecture rapide, son palmarès compte 3 médailles d’or d’affilée aux Championnats du Monde. Steve et sa formation « Boosteur d’Excellence » sont désormais les références mondiales dans l’apprentissage et la pratique de la lecture rapide.

APPRENEZ À UTILISER VOTRE CERVEAU À SON PLEIN POTENTIEL AFIN D'AUGMENTER VOS CAPACITÉS INTELLECTUELLES

Testez gratuitement le programme Boosteur d’Excellence pendant 7 jours

Vos données personnelles sont protégées.